quarta-feira, 22 de novembro de 2017

L’ère détox



Écrit par Ignacio Ramonet 

Le phénomène prend de l’ampleur. Dans nos sociétés développées, de plus en plus de citoyens sont décidés à modifier leur mode de consommation. Non seulement leurs pratiques alimentaires, déjà tellement individualisées qu’il est presque impossible désormais de réunir huit personnes autour d’une table pour déguster un même menu. Mais le modèle de consommation en général également et dans tous les domaines : l’habillement, les meubles, la décoration, les produits de toilette et d’hygiène, la hi-fi, les fétiches culturels (livres, tableaux, DVD, CD), etc. Toutes ces choses qui, récemment encore, s’accumulaient dans nos appartements comme des symboles, plus ou moins médiocres, de réussite sociale ou d’opulence (et même, dans une certaine mesure, d’identité), nous sentons maintenant qu’elles nous asphyxient, nous saturent, nous empoisonnent. La nouvelle tendance est à la réduction, au dépouillement, à la suppression, à l’élimination… En somme, à la désintoxication. La détox donc. Le crépuscule de la société de consommation – établie aux alentours des années 1960-1970 – commence et nous entrons désormais dans ce qu’on pourrait appeler : la « société de déconsommation ».
Certes, les besoins vitaux de consommation demeurent énormes dans des pays en voie de développement ainsi que dans les « zones de pauvreté » du monde développé. Mais cette indiscutable réalité ne doit pas nous empêcher d’observer le mouvement de « déconsommation » qui se répand avec force. Une étude récente [1] réalisée au Royaume-Uni indique que depuis le début de la révolution industrielle, les familles ont accumulé des biens mobiliers au fur et à mesure qu’augmentaient leurs revenus. Le nombre d’objets possédés reflétant le niveau de vie et le statut social des gens. Mais l’année 2011 aurait marqué, dans nos sociétés développées, un arrêt net, comme si on avait atteint une sorte de « pic d’objets possédés » (peak stuff). Depuis, ce nombre d’objets ne cesse de diminuer. Le phénomène ressemble à une courbe en forme de cloche, dite « de Gauss », soit une augmentation exponentielle pendant la montée du niveau de vie, puis, après une période de stabilisation, une chute vertigineuse dans les mêmes proportions. Il s’agirait d’une loi générale. Aujourd’hui, cela se confirme dans les pays développés (et aussi dans quelques zones d’opulence des pays du Sud) et cela semble annoncer également l’inévitable évolution que connaîtront les grands pays émergents (Chine, Inde, Brésil).
La prise de conscience écologique, le souci de l’environnement, la crainte du changement climatique et, surtout, la crise économique et financière de 2008 qui a si violemment frappé les pays les plus riches, ont certainement favorisé cette nouvelle austérité zen. A partir de là, et par la voie des réseaux sociaux, de nombreux cas assez spectaculaires de détox anti-consommation ont été divulgués qui ont fait des milliers d’adeptes à travers le monde.
C’est, par exemple, le cas de Joshua Becker, un Américain ayant décidé, il y a neuf ans, avec son épouse, de réduire de manière drastique le nombre de biens mobiliers qu’ils possédaient, dans le but d’atteindre la tranquillité d’esprit. Dans ses livres « Living with Less  » (Vivre avec moins) et « The more of Less  » (Plus de moins) et dans son blog « Becoming minimalist » (Devenir minimaliste) (www.becomingminimalist.com/), Becker raconte : « Nous avons nettoyé le désordre de notre maison et de notre vie. Cela a été un voyage qui nous fait découvrir que l’abondance consiste en posséder moins ». Et il affirme par ailleurs : « Les meilleures choses de la vie ne sont pas des choses ».
Mais il n’est pas facile de se désintoxiquer de la consommation et devenir minimaliste : « Il faut commencer peu à peu, – conseille notamment Joshua Fields Millburn, auteur du blog TheMinimalists.com – arrêter d’acquérir et essayer de vous débarrasser d’une seule chose par mois, en commençant par les objets les plus faciles à supprimer. Eliminez les choses évidentes, en premier lieu celles dont vous n’avez pas besoin : les tasses que vous n’utilisez jamais, les cadeaux affreux que vous avez reçus, etc. »
D’autres cas célèbres de dépouillement volontaire sont, par exemple, celui de Rob Greenfield [2], un Américain de 30 ans, acteur principal de la série documentaire Free Way (Voyager sans argent, Discovery Channel) qui, sous le slogan « moins c’est plus  » s’est débarrassé de tout ce qu’il possédait, y compris sa maison, et il parcourt maintenant le monde avec seulement cent onze choses qui lui appartiennent (dont sa brosse à dents)… Ou celui de la styliste canadienne Sarah Lazarovic qui s’est imposé de vivre toute une année sans acheter un seul vêtement et qui, chaque fois qu’elle avait envie d’en acquérir, se contentait de le dessiner. Résultat : un joli livre d’esquisses qu’elle a titré « Toutes ces belles choses que je n’ai pas achetées »3. Un autre exemple est celui de Courtney Carver, qui propose sur sa page web Project 333, le défi suivant : inviter ses lecteurs à ne s’habiller, pendant trois mois, qu’avec trente trois vêtements (y compris les sous-vêtements).
Le cas de la blogueuse et youtuber française Laeticia Birbes, âgée de 33 ans, s’inscrit dans la même démarche. Elle a opté pour ne plus jamais s’acheter de vêtements. Elle déclare : « J’étais une consommatrice compulsive, victime des promotions, des tendances et de la tyrannie de la mode ; certains jours j’arrivais à dépenser cinq cents euros en fringues… Si j’avais des problèmes de couple ou des difficultés avec mes examens, je m’achetais des frusques J’avais fini par intégrer parfaitement le discours des publicitaires : je confondais sentiments et produits… [3] » Jusqu’au jour où elle a décidé de vider ses placards, de se débarrasser de tout. Elle s’est sentie libre et légère, libérée d’une charge mentale insoupçonnée : « Maintenant je vis avec deux robes, trois culottes et une paire de chaussettes. » Et elle donne des conférences dans toute la France pour enseigner la discipline du « zéro déchet » et de la consommation minimale.
Consommer c’est : « consommer de la consommation ». Il s’agit d’un comportement compulsif ; ce qui compte c’est d’acheter, peu importe ce qu’on achète. Nous vivons en réalité dans une société du gaspillage, et nous gaspillons abondamment. Devant une telle aberration, la « consommation minimaliste » est un mouvement mondial, une discipline qui consiste à n’acheter que le strictement nécessaire. L’exercice est relativement simple : il suffit de regarder ce que nous possédons chez nous et identifier les choses dont nous nous servons réellement. Le reste est de l’accumulation toxique, du poison.
Deux journalistes argentines, Evangelina Himitian et Soledad Vallejos, ont décidé de mettre la théorie en pratique. Après des années de consommation irréfléchie et d’accumulation sans contrôle, elles ont décidé de modifier leur comportement. Elles savaient qu’elles n’achetaient pas par nécessité. Elles se sont donc imposées de rester toute une année sans consommer autre chose que l’indispensable. Et elles ont ensuite, avec beaucoup de talent, raconté leur expérience [4].
Il n’était pas seulement question pour elles d’arrêter de consommer, mais effectivement de se désintoxiquer, de se libérer des pulsions consommatrices. Les deux journalistes se sont donc d’abord imposées une stricte discipline de détox : elles devaient éliminer de chez elles, chacune, chaque jour, au moins dix objets, pendant quatre mois… Ce qui fait donc un total de mille deux cents objets supprimés... Elles ont dû jeter, donner, se dépouiller… comme une forme de purge, de vidange, ou une forme d’ascèse pour atteindre le stade supérieur de la déconsommation : « Au cours de ces dernières années, analysent Evangelina et Soledad, une nouvelle conscience collective s’est éveillée dans le monde sur la manière de consommerCela permet de contrôler les abus du marché et de mettre en évidence les points aveugles du système économique capitaliste. C’est prétentieux peut être, mais c’est exactement cela : le capitalisme s’appuie sur la nécessité de créer des besoins et de fabriquer, pour chacun des besoins créés, un produit… Ceci est particulièrement vrai dans les pays les plus développés, où les indicateurs officiels mesurent la qualité de vie en fonction des capacités de consommation… »
Cette lassitude, de plus en plus universelle, de la consommation touche aussi l’univers numérique. Une sorte de digital détox est également en train de s’étendre qui se traduit par l’abandon temporaire des réseaux sociaux. Le mouvement des « ex - connectés » ou des « déconnectés » se développe. Il constitue une nouvelle tribu urbaine composée des personnes qui tournent le dos à Internet et souhaitent vivre off-line, sans connexion. Ils n’ont pas WhatsApp, ne veulent rien savoir de Twitter, n’utilisent pas Telegram, ils haïssent Facebook, n’expriment aucune sympathie pour Instagram, et l’on ne trouve presque aucune trace d’eux sur Internet. Certains ne possèdent même pas de courrier électronique, et s’ils l’ont, ils ne le consultent que très rarement… Enric Puig Punyet (36 ans), docteur en philosophie, professeur, écrivain, fait partie des nouveaux « ex – connectés ». Il a écrit un ouvrage [5] où il compile les cas réels de personnes qui se sont déconnectées pour récupérer le contact direct avec les gens et avec eux mêmes. « L’Internet participatif, qui est le modèle dans lequel nous vivons majoritairement, cherche à nous rendre dépendants – explique Enric Puig Punyet. Comme dans pratiquement tous les cas, il est question de plateformes vides qui s’alimentent de nos contenus, il faut que nous soyons connectés en continu. Cette dynamique est encouragée par les téléphones « intelligents » qui nous « obligent » à être tout le temps disponibles pour alimenter le réseau. Cet état d’hyperconnexion provoque certains problèmes, désormais évidents : cela réduit notre capacité d’attention, de concentration, et même de socialisation. La séduction des technologies numériques est, en grande partie, créée par des compagnies qui cherchent à nous faire consommer et à nous garder connectés en continu, ce qui est, comme dans d’autres domaines, à la base du consumérisme. Tout acte de déconnexion, totale ou partielle, doit être interprété comme une forme de résistance destinée à rééquilibrer une situation déséquilibrée [6]. »
Le droit des salariés à la déconnexion numérique existe en France. Il a été proposé, en partie, comme une réponse aux nombreux cas de burnout (surmenage provoqué par un excès de travail) recensés ces dernières années à cause de la pression au travail. Les salariés français, une fois leur journée de labeur terminée, peuvent maintenant ne pas répondre aux courriels. La France est ainsi devenue pionnière dans ce domaine, mais toutes les interrogations sur l’application de la loi n’ont pas été levées. Certes, la nouvelle loi oblige les entreprises de plus de cinquante salariés à ouvrir des négociations à propos du droit à rester off-line, c’est-à-dire, le droit de ne pas répondre aux emails ou autres messages numériques professionnels pendant le temps libre du salarié. Cependant, la loi n’oblige pas à trouver un accord et ne fixe pas de délai aux négociations. Les entreprises pourraient simplement rédiger un guide d’orientation, sans concertation avec les travailleurs. Mais le besoin d’un détoxnumérique, la nécessité de sortir des réseaux sociaux et de s’accorder un répit d’Internet, est désormais admis.
La société de consommation ne séduit plus. Intuitivement, nous savons que ce modèle, associé au capitalisme prédateur, est synonyme de gaspillage irresponsable. Les objets inutiles nous ont envahi et nous étouffent. Ils asphyxient la planète. La Terre ne peut plus l’accepter ; les ressources s’épuisent, y compris les plus abondantes comme l’eau, l’air, les mers… Face à l’aveuglement des gouvernements, l’heure de l’action des citoyens en faveur d’une déconsommation radicale a sonné.

NOTES

[1] Chris Goodall, « ‘Peak Stuff’. Did the UK reach a maximum use of material resources in the early part of the last decade ? »http://static.squarespace.com/static/545e40d0e4b054a6f8622bc9/t/54720c6ae4b06f326a8502f9/1416760426697/Peak_Stuff_17.10.11.pdf
[5] Lire Evangelina Himitian et Soledad Vallejos, Deseo consumido , Sudamericana, Buenos Aires, 2017.
[6] Enric Puig Punyet, La gran adicción. Cómo sobrevivir sin Internet y no aislarse del mundo » Arpa, Barcelone, 2017.

[Source : www.medelu.org]

Vuelve el concierto "Canto a Arguedas"

Espectáculo estará a cargo de la agrupación Ensamble de Instrumentos Tradicionales del Perú, quienes interpretan música originaria peruana bajo el formato de música de cámara. El ingreso será libre, previa inscripción.


Este miércoles 22 de noviembre, de 7 a 9 de la noche, se realizará el concierto “Canto a Arguedas", a cargo del Ensamble de Instrumentos Tradicionales del Perú (EITP).
El espectáculo llevará al público una selección de composiciones inspiradas en las melodías y festividades tradicionales de los diversos pueblos peruanos.
En este repertorio destacan Ayahuasca, Vilcanota, Cóndor pasa, Taki Ancash, Huancavelica, Recuerdos de Paucartambo, entre otros temas.
Asimismo, el EITP interpretará también su más reciente composición titulada El ayla, basada en el cuento homónimo del escritor peruano José María Arguedas. 
El Ensamble de Instrumentos Tradicionales del Perú es una agrupación que reúne a notables músicos jóvenes y experimentados que interpretan la música originaria de nuestros pueblos bajo un formato de música de cámara.
La música del EITP se caracteriza por el empleo de los instrumentos de origen peruano, como el siku o zampoña, las quenas, las tinyas, los bombos nativos y la percusión hecha a base de semillas o frutos silvestres.
Estos a su vez son acompañados con instrumentos mestizos como el charango, la guitarra, el violín, la mandolina, el arpa y el acordeón. El EITP es dirigido por el reconocido maestro Wilfredo Tarazona.

Para asistir

El concierto se realizará en el Auditorio de la Escuela Nacional de Control, situada en: Calle Bartolomé Herrera 255, Lince. El ingreso es libre previa inscripción haciendo clic aquí o en el siguiente enlace: http://www.enc.edu.pe/publicacion_det?id=71


[Fuente: www.servindi.org]







Las muy perras: dos artistas que recogen animales abandonados

Rebeca Khamlichi y Mari Quiñonero utilizan el arte y la fotografía para ayudar a financiar albergues de animales



Escrito por MAR ABAD


Pasaba un galgo con ese caminar suyo tan volátil y distinguido que el gentío y los luminosos de la calle Fuencarral de Madrid se diluyeron ante los ojos de Rebeca Khamlichi. Era tan bello que, hipnotizada, se acercó a sus dueños y les preguntó por él. Aquella pareja que paseaba a su perro, allá por 2010, le dijo que no todo el mundo quería a los galgos. Muchos eran abandonados y vivían en refugios hasta que alguien, si llegaba, los decidía acoger.
Khamlichi se decidió. Adoptó uno y lo llamó Antonio. Un día salieron a pasear al Parque del Retiro y allí conocieron a Manolo y Hugo, dos galgos, y a la mujer que los paseaba, Mari Quiñonero. Aquel encuentro habría sido fortuito, pasajero, si no fuera porque unos años después se volvieron a encontrar.
las muy perras

Ese día les unió la desazón. Alguien informó a Quiñonero de que había un galgo desamparado rondando los lindes de un pueblo de Toledo y, juntas, fueron a por él. Entonces no sabían cómo podrían cogerlo porque son perros temerosos; sobre todo, si han sido maltratados y abandonados. A los galgos les asusta que los miren a los ojos desde otros ojos bravos e incisivos; les atrapa el miedo si sienten que, en vez de llevarlos de caza, los intentan cazar.
Khamlichi y Quiñonero se preguntaron cómo podrían calmar el temor del perro. ¡Unas salchichas!, se les ocurrió. El galgo, dormilón y tragón, acudiría al olor de la comida. Así ocurrió. Cuando el animal se acercó a soltar un mordisco a la tripa de magra, ellas lo cogieron, con delicadeza, y lo metieron en el coche, con suavidad.
las muy perras
[Eres como el galgo Lucas: cuando salta la liebre, para a orinar]
Al primer galgo que rescataron lo llamaron Francisco Alegre como emblema de una nueva vida tras deambular malherido y desorientado por prados inciertos. Lo acogieron un tiempo. Lo recuperaron en la tranquilidad que dan las rutinas: una comida al despertar, un paseo, un mismo lugar donde dormir cada noche. Al poco lo adoptó una familia que lo llevó a Holanda y allí «Paquito, como le dicen ahora, es muy feliz», indica Khamlichi, en un café de Madrid donde cuelga un cartel que da la bienvenida a los perros.
las muy perras
[Algo es algo, dijo al ver un hueso el galgo]

No es el frío lo que hace duro el invierno; es febrero. En ese mes, con el fin de la temporada de caza, se decide la suerte de muchos galgos. Los que ayudan a conseguir más presas no tienen de qué preocuparse. Otros, viejos, lesionados, heridos, a menudo acaban de patitas en la calle. Quiñonero y Khamlichi lo descubrieron cuando, después de encontrar a Francisco Alegre, comenzaron a rescatar a otros galgos que deambulaban perdidos con sus traumas y sus heridas para llevarlos a un refugio de animales.
Ellas también se pusieron un nombre, Las muy perras. A partir de ese reclamo, y a partir de aquel enero de 2016, empezaron a contar el infortunio de los galgos desde la visión de una pintora, Rebeca Khamlichi, y la mirada de una artista, Mari Quiñonero. No querían espolear las tragedias que sufren estos animales. Pensaron que era mejor guardar el horror que encuentran cada vez que recogen un perro atropellado y abandonado, con fracturas abiertas, a un lado de la carretera; o los que han sido obligados a correr enganchados a un coche para que aprendan a volar aún más; o los que todavía se lamen las heridas porque los colgaron en castigo.
las muy perras
[De casta le viene al galgo]
«El maltrato ya está contado. Nosotras queremos mostrar la parte bonita, la recuperación, y enseñar cómo son los galgos», explica la pintora. «Tienen cualidades que ya las quisiéramos los humanos. Fieles, tranquilos, elegantes. Su mirada es impresionante. Dicen muchas cosas con sus ojos».
Khamlichi y Quiñonero crearon una plataforma para recaudar fondos que donan a refugios, albergues, protectoras y asociaciones que cuidan a los animales. Llaman desde la belleza, desde los retratos exquisitos que el fotógrafo Ale Megale hace de estos galgos. Ellas siguen yendo a rescatar a muchas de estas criaturas que en su carrera permanecen más tiempo en el aire que en la tierra y que Miguel de Cervantes alzó a los cielos en su fabulosa frase:
≪En un lugar de la Mancha, de cuyo nombre no quiero acordarme, vivía no hace mucho un hidalgo de los de lanza ya olvidada, escudo antiguo, rocín flaco y galgo corredor.
las muy perras

las muy perras
las muy perras
las muy perras
las muy perras
las muy perras
las muy perras
las muy perras
las muy perras
las muy perras
las muy perras


[Fuente: www.yorokobu.es]

Expression : « Un empêcheur de danser / tourner en rond »

Un trouble-fête.
Un gêneur.

Origine
D'ailleurs, Alfred Delvau, dans son "Dictionnaire de la langue verte", publié en 1866, indique « un importun survient qui trouble l'intimité, qui arrête l'expansion, qui glace le plaisir, - probablement comme un étranger tombant au milieu d'enfants en train de danser une ronde »
Sans que ce soit une certitude, mais c'est évoqué par quelques lexicographes, dont Wartburg, il se pourrait que cette expression trouve ses racines dans un extrait d'un pamphlet de Paul-Louis Courrier, écrit en 1822 et intitulé "Pétition pour les villageois que l'on empêche de danser", dans lequel on trouve la phrase suivante : « par le préfet, il [le curé] réussit à vous empêcher de danser, et bientôt vous fera défendre de chanter et de rire ».
[1] Si ce mot date du XIIIe siècle, il n'a plus été utilisé à partir du XVIIe avant de réapparaître dans notre expression.
Exemple
Paul A. Osterrieth - Introduction à la psychologie de l'enfant - 2004
Ailleurs
La version originale de cette métaphore, qui date du XIXe siècle, utilise la forme "danser en rond" qui évoque aisément la ronde collective et joyeuse que "l'empêcheur"[1] vient malheureusement perturber.
« L'adulte apparaît non seulement comme un "empêcheur de danser en rond", mais encore, et c'est plus grave, comme un empêcheur de réaliser ce qu'on a commencé. »
Si vous souhaitez savoir comment on dit « Un empêcheur de danser / tourner en rond » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici
Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays
Langue
Expression équivalente
Traduction littérale

Allemagne
Spielverderber
rabat-joie
Allemagne
der Miesepeter
rabat-joie
États-Unis
a wet blanket
Un rabat-joie
États-Unis
A party pooper
Quelqu'un qui fait caca de la fête
Angleterre / États-Unis
(to be) a pain in the ass
(être) un casse-couille, chieur, enquiquineur
États-Unis
A spoil sport
Un gâcher-sport
Angleterre / États-Unis
A killjoy
Quelqu'un qui tue les joies / les plaisirs
Espéranto
eo
trudulo/ ludfuŝanto/ ĝenulo
importun/ gâcheur de jeu / gêneur
Argentine
Un tipo mala onda
Un type mauvaise onde
Espagne
Aguafiestas
Trouble-fête
Catalogne
Esgarriacries
Égarer ou fourvoyer l'élevage
Argentine
Un aguafiestas
Un trouble-fête
Écosse
gd
ultach teine
Une brasée de feu
Italie
un guastafeste
Un rabat-joie
Pays-Bas
nl
Een dwarsligger
Une traverse / une personne qui se met de travers
Pays-Bas
nl
een "natte deken" zijn
une couverture mouillée, être une rabat joie,
Pays-Bas
nl
een azijnzeiker/azijnpisser zijn ..... (expression déjà utilisée depuis le 17e S)
être un pisse-vinaigre (p.ex. au milieu d'une réunion festive)
Pays-Bas
nl
Een spelbreker
Un interrupteur du jeu
Brésil
Um desmancha-prazeres
Un désorganisateur des plaisirs
Brésil
Empata-samba
Empêcher la samba
Brésil
Um pé-no-saco
Un pied au sac (scrotale)
Brésil
Um estraga-prazer
Un gâte-plaisir



[Source : www.expressio.fr]